[J’ai mis la traduction en français a la suite. Néanmoins je recommande aux bilingues la VO, plus authentique.]

adam01

After DAVe Warnke, here is a second interview. I am still focusing on stickers and posters. I hope I would find time to interview more people in the future. First time I saw Adam Infanticide art was in Berkeley, a sticker saying “will you be my friend” without any signature. Then Eko told me the name of this artist. I became a big fan of his work. Some years later I fell really happy he accepted to answer this interview. Thanks to him. I hope you will enjoy it.

Interview of  Adam Infanticide / Questions by Koleo

Can you introduce yourself? What is your nickname? If you are in a crew, which one?

I’m Adam Infanticide. I’m involved with the Mishap Collective.

This is a powerful name. What does it mean for you? Are you religious?

There actually isn’t any interesting story behind it. I’m not religious. I’m generally pretty anti-religion. I just wanted a “nom de plume” that probably hadn’t been used before that was provocative and kind of obnoxious like a punk rock name, like Johnny Rotten or whatever. Actually, a few years ago, I was having some mental issues and I actually thought it would be a good idea to have my name legally changed to Adam Infanticide. Luckily I was too lazy and incompetent to really go through with it.

I find this name really strong, although I have never seen it in the street. Was that a conscious decision or just a question of space on your sticker?

I’m pretty sure the messages came before the name but mainly it was important to me that the messages be anonymous. “Signing” the stickers, I felt, would detract from their messages. I like the idea that the random person reading the sticker can imagine that the message is specially addressed to him or her.

adam06

Instead of your nickname I saw that you signed with a little heart. Why such a contrast between the strength of the name and the sweetness of this logo?

I want the audience to feel that the sticker is friendly, that it means them well, even if the words are disturbing or whatever. It does become sort of signature, even though a lot of street art uses heart iconography. Actually not all of my messages get hearts, just most of them. There are a few where I don’t think it would work; it would contradict the words too much.

Your work is essentially text, not like taggers who graphically play with the letters. Your stickers have short sentences, full of meaning, almost mottos. How do they come to you? What is your writing process?

The quote-unquote “art” is less the stickers or the words themselves but in the reaction of the reader, what it makes them think. I want them to accessible and aesthetically generic, unadorned by any fancy stylistic flourishes. But since they’re hand-written there are a lot of organic imperfections to the lettering. The phrases themselves are just reactions to things I see and whatnot.

Do you keep them in a notebook?

I used to but now I just try and remember them.

Do you reuse them sometimes?

I reuse phrases all the time since the stickers are basically temporary in nature. A lot of them are sort of topical so if I decide one of my little slogans has become irrelevant, it gets retired, at least temporarily.

To make my question more precise, I would like to know if you have a ritual, if you follow certain rules.

There is definitely an obsessive/ compulsive aspect to making these fucking things. Making them has a meditative quality to me but I have to watch out or I’ll waste too much of my time on it. When it comes to putting them up, I’m fairly particular as to where they go. Like certain messages might have more relevance in one specific part of town but not another. A lot of them lose meaning outside of the US. Of course, when other people are putting up one of my stickers, I lose that control.

Sometimes I feel claustrophobic in the USA. The conformism and the superficial morality are heavy. Your messages leave a strong imprint in my mind; I read them as a breath of fresh air. How would you describe your style?

Well, we’re constantly bombarded by advertising and corporate propaganda whenever we leave our homes but there’s no forum for regular people to express themselves publicly. How can there be free speech if you have to rent a billboard or own a TV station or newspaper to say something? You can’t compete with mass media. There are barely any public spaces for people to go unless you’re going to buy something. Street art is a small but significant reaction to that.

adam03

Do you think you are insolent or anti conformist?

Probably both.

What do you think about t-shirts with messages?

A friend of mine (Damian Kalish) was doing that. Every day for like five years he’d write a message on a shirt with a sharpie and then wear that. Some of them dealt with, let’s say, uncomfortable political issues that really antagonized people especially when he wasn’t in our little metropolitan safe haven for progressives. I’m amazed he never got his ass beat by rednecks. We’ve actually had a few of my stickers printed on shirts but most of them work better as an anonymous message that you randomly come across on the street. By wearing a message, you are directly associating yourself with it and showing implicit approval for what it says.

Are there other street artists that you like? Do you have some names to drop?

There are tons of hella good street artists around here. Mildred is one of my current favorites. I’d suggest everybody visit the Triple 2 Seven Gallery on International in Oakland.

What do you think of stickers in the Bay Area? How would you describe the scene, what makes it different than other places?

It’s a pretty vibrant scene with a lot of unique work. There’s a pretty rich history of more “traditional” graffiti, the artsy-fartsy type shit that I do and everything in between. Unfortunately, in San Francisco, they spend more than anywhere on persecuting street art artists and buffing artwork despite a large portion of the community’s tolerance of street art. The graffiti abatement people are fanatical about maintaining control of the environment, which is what it’s all about, not eliminating so-called “urban blight”. Girafa recently got caught. Why are we wasting so much of our resources on this when there’s no money for schools? I find it insane that someone could be bothered by something put on a cement wall, but wouldn’t even notice an ugly wall that was “clean”. It has nothing to do with aesthetics and everything to do with a perceived encroachment upon social order.

adam05

The sentences might be short; I still see them as a writing work. How does literature influence you?

I’m fairly well read. Even though they are just simple text, I view my work more as conceptual art than writing. They’re intrusive little interruptions to your daily life like outdoor advertising that will hopefully make the reader react somehow. I think I was originally influenced by people like Barbara Kruger and her provocative text-based art.

Are there other forms of art which feed your creativity?

I’m into a pretty wide variety of art. I usually like to participate in whatever project my friends are working on if I can. I’d rather have a lot of different things to play around with than to concentrate just on one art form.

Since how long have you been sticking? How did you evolve?

I’ve been doing this for years, since I was a kid. It’s really kind of pathetic. And it might sound weird, but my earliest messages were inspired by Yoko Ono and the “instruction pieces” she was doing with the Fluxus people. These were just text, just these absurd, often impossible, suggestions like “paint with your blood until you pass out or die”. Her book, Grapefruit is a collection of them. Basically, I stole that idea and it eventually evolved into less commands and more mundane little declarations and observations.

Also, I used to collect these bizarre photocopied fliers this insane guy in my town used to do. They were these anonymous, incoherent rants addressed to the community at large that more or less said stuff like, “repent your sins, you’re going to hell, et cetera”. They were long, meandering screeds that eventually got more and more pissed off and illegible. Some of my friends and I decided to get some stickers and fill them up with fucked-up stories so you’d be walking down the street and you’d come across this thing with a bunch of tiny writing on it.

Nowadays you can really see your impact on the internet; finding pictures of your stuff and people’s reactions. Do you feel like being a part of the popular culture?

It’s always cool to get a larger audience for your art but I don’t think seeing somebody’s photo documentation is really the same as encountering the words themselves on the street.

Do you see yourself still doing it in 5 or 10 years?

I don’t really know. Probably.

Do you make art on other mediums?

The stickers have never been my main thing. I don’t go out to specifically put them up. I just bring some when I go out. I’m not that prolific. I do some painting, occasionally some music. My art collective put on a few art and music shows a year, the Mishap prom and things like that. I try to be productive. Now I’ve got a job teaching art to little kids, which is pretty crazy.

Do you have one or two good stories to share? People’s reaction towards one of you sticker?

People will sometimes write responses. Or even do sticker responses. Someone wrote that a sticker was asinine and vulgar. At least it made them feel something. Once a girl (I’m assuming) wrote her phone number and a little note that said to call her or something. I didn’t, though. Sorry!

Something else to say? A message or people you want to speak about?

I think that’s about it.

Links

Crapcore

Mishap

Gallery 1

Gallery 2

adam10

adam09

adam11

Après DAVe Warnke voici un deuxième interview. J’espère trouver le temps d’en faire plus. Je me focalise toujours sur les autocollants et les affiches. La première fois que j’ai vu un autocollant d’Adam Infanticide c’était à Berkeley, un “veux tu être mon ami” (will you be my friend) sans signature. Puis Eko m’a donné son nom, j’ai continué à regarder ces petits textes avec beaucoup d’attention. Quelques années plus tard me voici content qu’il ait accepté de répondre à cet interview. Merci à lui. Bonne lecture.

Questions de Koleo, réponses d’Adam Infanticide

Peux tu te présenter? Ton surnom, ton crew.

Je suis Adam Infanticide. Je fais partie de Mishap Collective.

C’est un nom lourd à porter. Que signifie-t-il pour toi ? D’ailleurs, es-tu religieux ?

À vrai dire il n’y a aucune histoire particulière derrière ce nom. Je ne suis pas religieux. Je suis plutôt anti-religion. Je voulais juste un “nom de plume” jamais utilisé auparavant qui soit provoquant et odieux, comme dans le punk avec des noms à la Johnny Rotten. En fait, il y a quelques années, j’avais quelques problèmes mentaux et je pensais que ça serait une bonne idée de changer mon nom officiellement pour Adam Infanticide. Heureusement j’ai été trop paresseux et incompétent pour le faire.

Je trouve ce nom très fort bien que je ne l’ai jamais lu dans la rue. Était-ce une décision consciente ou une question de place sur l’autocollant?

Je suis à peu prêt sur que les messages existaient avant le nom, mais ce qui m’importait c’était que les messages soient anonymes. « Signer » les autocollants, à mon sens, atténuerait leurs messages. J’aime l’idée que le passant qui lit l’autocollant puisse penser que le message lui est spécialement adressé.

adam07


En revanche, au lieu d’un nom j’ai souvent vu un petit cœur en signature. Pourquoi un tel contraste entre la force de ton surnom et la douceur de ce logo?

Je veux que l’autocollant soit vu amicalement par son public, que l’on comprenne que ses intentions sont bonnes, même si les mots sont déroutants ou je ne sais quoi. Ça devient en quelque sorte ma signature, même si l’on retrouve souvent l’image du cœur dans l’art de rue. À vrai dire mes messages ne sont pas tous signés d’un cœur, seulement la plupart d’entre eux. Il y en a quelques uns pour lesquels je pense que ça ne marcherais pas, la contradiction avec le texte serais trop forte.

Ton travail est essentiellement centré autour du texte, pas comme un tagger qui va s’amuser à déformer les lettres. Tu écris sur tes autocollants des petites phrases pleines de sens qui se rapprochent du slogan. Comment te viennent-elles ? Quel est ton processus créatif ?

L’ « art » entre guillemets est moins dans l’autocollant que dans la réaction du lecteur, ce qu’ils en pensent. Je veux mes autocollants accessibles et esthétiquement quelconques, dépouillés de tout style. Mais puisqu’ils sont fait-main ils ont intrinsèquement plein d’imperfections dans le lettrage. Les phrases en elles-mêmes sont justes des réactions à ce que je vois.

Est-ce que tu les conserves dans un cahier?

Avant oui, mais maintenant j’essaie simplement de m’en souvenir.

T’arrives-t-il de réutiliser tes phrases?

Tout le temps puisque les autocollants sont temporaires par nature. Beaucoup sont en lien avec l’actualité donc si je trouve qu’un de mes petits slogans devient hors de propos il prend sa retraite, au moins temporairement.

Pour préciser ma question j’aimerais savoir si tu as un rituel, si tu t’impose certaines règles.

Il y a définitivement un aspect obsessif/compulsif à faire ces putains de trucs. Il y a aussi un caractère méditatif auquel je fais attention pour ne pas y perdre tout mon temps. Au moment de les coller je porte une attention toute particulière au lieu. Certains messages peuvent être pertinents dans un quartier de la ville et pas dans un autre. La plupart perde leur sens hors des États-Unis. Bien sur, si quelqu’un d’autre colle mon autocollant je perds ce contrôle.

Parfois vivre aux États-Unis me rend claustrophobe. Le conformisme et la morale superficielle sont lourds. Tes messages ont marqués mon esprit ; je les prends comme un souffle frais qui me fait respirer. Comment décrirais-tu ton style ?

Nous sommes constamment bombardés par la publicité et la propagande institutionnelle à chaque fois que nous mettons le nez dehors mais il n’y a pas de forum où les gens ordinaires peuvent s’exprimer publiquement. Comment peut-il y avoir une liberté d’expression s’il faut louer un panneau publicitaire ou posséder une chaine de télévision ou un journal pour pouvoir dire quelque chose ? Tu ne peux pas faire concurrence aux medias de masse. Il n’y a pratiquement aucun espace public où aller à moins d’acheter quelque chose. L’art de rue est une petite mais pas moins significative réaction à cela.

adam04

Te trouves-tu insolent ou anticonformiste?

Probablement les deux.

Tu penses quoi des t-shirt à messages ?

Un ami à moi (Damian Kalish) en faisait. Chaque jour pendant environ 5 ans il écrivait un message sur un t-shirt au marqueur et puis il le portait. Certains avait avoir avec, comment dire, des sujets politiques qui pouvaient mettre les gens mal à l’aise surtout quand il sortait de notre petit refuge métropolitain pour progressistes. Je suis stupéfait qu’il ne se soit jamais fait casser la gueule par des rednecks (cul-terreux).

On avait fait imprimer quelques uns de mes autocollants sur t-shirt mais la plupart fonctionnent mieux en message anonyme que tu croise par hasard dans la rue. En portant un message tu t’associe directement avec en montrant implicitement ton approbation.

Est-ce qu’il y a d’autres artistes que tu apprécies ? As-tu des noms à donner ?

Il y a des tonnes de putain de bons artistes de rue dans le coin. Mildred est un de mes préférés. Je suggèrerais à tout le monde d’aller visiter la Triple 2 Seven Gallery sur International Boulevard à Oakland.

Tu penses quoi des autocollants de la baie de San Francisco? En quels termes décrirais-tu la scène locale, qu’est ce qui la rend unique ?

C’est une scène assez vibrante avec beaucoup d’originalité. Il y a une histoire assez riche au niveau de graffiti « traditionnel », des machins soit disant artistiques que je fais et de tout ce qui se trouve entre. Malheureusement à San Francisco, ils dépensent plus que nulle part ailleurs pour poursuivre les artistes de rue et pour nettoyer les œuvres de rue malgré une large tolérance du public pour l’art de rue. Ceux qui s’attèlent à réduire la présence des graffitis sont des fanatiques du contrôle de leur environnement, et ce n’est que de ça dont il s’agit, et non pas de nettoyer les mauvaises herbes urbaines. Girafa s’est fait attraper récemment. Pourquoi gâcher nos ressources là dedans alors qu’il n’y a plus d’argent pour les écoles ? Je trouve ça malsain que quelqu’un puisse être déranger par ce que quelqu’un d’autre peut mettre sur un mur de ciment, sans même remarquer la laideur d’un mur « propre ». Ça n’a rien à voir avec l’esthétique, mais avec la perception que ces gens ont de l’empiétement sur l’ordre social.

adam08


Les phrases ont beau être courtes; je les considère quand même comme un travail d’écriture. De quelle manière as-tu été influencé par la littérature ?

Je suis plutôt bien lu. Bien que ce soit des textes simples, je vois mon travail plus comme de l’art conceptuel que comme de l’écriture. Ces textes sont des petites interruptions intrusives au quotidien comme de la publicité qui, je l’espère, créé une réaction chez le lecteur. Je crois que j’ai été influencé par des gens comme Barbara Kruger et son art fait de textes provocants.

Es tu inspiré par d’autres formes d’art?

Je m’intéresse à toute une variété de supports artistiques. En général, si je peux, je participe aux projets sur lesquels mes amis travaillent, quel qu’ils soient. Je préfère jouer avec tout un tas de choses plutôt que de me concentrer sur une seule forme d’art.

Depuis combien de temps colles-tu ? Comment as-tu évolué ?

Je fais ça depuis des années, depuis que je suis gamin. C’est vraiment pathétique d’ailleurs. Et ça peut paraitre bizarre mais mes premiers messages étaient inspirés par Yoko Ono et les « instruction pieces » qu’elle faisait avec les gens de Fluxus. Il s’agissait de textes, des suggestions absurdes, souvent impossible, comme « peins avec ton sang jusqu’à ce que tu t’évanouisses ou que tu meurs ». Son livre Grapefruit est une collection de ces suggestions. Au fond, j’ai volé cette idée et ça a fini par évoluer en quelque chose qui avait moins d’instructions et plus de déclarations et d’observations banales.

J’avais pour habitude de collectionner ces étranges prospectus qu’un mec dément de ma ville faisait. C’était des divagations incohérentes et anonymes adressées à la communauté, des trucs plus ou moins comme « repend tes péchés, tu vas aller en enfer, etc. ». Les messages étaient longs, des laïus qui s’égaraient dans des méandres en devenant de plus en plus énervés et illisible. Avec des potes j’avais décidé de faire des autocollants et des les remplir d’histoires complètement dingues, donc tu pouvais passer dans la rue et tomber sur ces trucs rempli de minuscules écritures.

De nos jours on peut facilement voir son impact sur internet, en retrouvant ses œuvres et les réactions des gens. Te sens tu faire partie de la culture populaire ?

C’es toujours cool d’élargir ton public mais je ne pense pas que de voir une photo soit la même chose que de rencontrer les mots eux-mêmes dans la rue.

Tu te vois toujours faire ça dans 5 ou 10 ans?

Je ne sais pas vraiment. Surement

Est-ce que tu fais de l’art sur d’autres mediums ?

Les autocollants n’ont jamais été le truc dominant. Je ne sors pas spécialement pour aller les coller. J’en prends juste quelques uns quand je sors. Je ne suis pas si prolifique. Je fais quelques peintures, un peu de musique à l’occasion. Mon collectif artistique organise quelques expos et concerts chaque année, comme the Mishap Prom ou d’autres trucs comme ça. J’essaie d’être productif. Maintenant j’ai un travail, j’enseigne l’art à des enfants, ce qui est assez fou.

Une bonne histoire à partager? Une réaction vis-à-vis des tes autocollants ?

Parfois les gens écrivent une réponse, ou répondent avec un autocollant. Quelqu’un a écrit d’un autocollant qu’il était asinien et vulgaire. Au moins ça lui a fait ressentir quelque chose. Une fois une fille (j’imagine) a écrit son numéro de téléphone avec un petit mot qui disait appelle moi ou un truc du genre. Je ne l’ai pas fait. Désolé !

Quelque chose à ajouter? Un message que tu veux transmettre?

Je crois que c’est tout.

Liens

Crapcore

Mishap

Gallery 1

Gallery 2

adam02

11 Responses to “Interview Adam / Adam Infanticide”
  1. Bien “cool” , merci à vous deux

  2. bien joué !

  3. Adam I. never meant shit to most
    but he was a hero to me.

  4. Yes ! double interview double impact !

    Really nice interview, thanks Koleo!

    Art grant for this one :) :
    Sure the pope’s penis is big, but Jesus had the biggest penis ever !

  5. frere francis XV says:

    yes!!

  6. frere francis XV says:
  7. J’aime !!

  8. […] by worsebrains, Adam Infanticide via Ekosystem. […]

  9. mortel mortel mortel merci

  10. […] have left their mark on ekosystem that year : Halieutik, Ernioe, Koralie, Mezzoforte, Pmh, Berzerk, Adam Infanticide, Bibifoc, blanc bec, No logo crew, Specio, Tv Boy, Apl, AB1, 36, Pom, Ge, Joos, Bob Usine, Reyes […]

  11. […] Adam Infanticide Published: March 11, 2012 Filed Under: Newstalk « Previous Post […]

Home Contact About About Gallery Blogs Forum Wallpapers Links